Focus sur le rap

Le rap, la combinaison d’un texte récité et d’une musique au rythme plutôt lent, a de plus en plus d’adeptes. Si cette forme de chanson populaire, d’inspiration funk et soul, vous intéresse, voici quelques informations à ce sujet.

Qu’est-ce que le rap ?

On peut classer le rap dans la sous-catégorie du hip-hop et le texte est scandé par un rythme répétitif et saccadé. On parle du rap comme du « parler en rythme ». Les thèmes d’un rappeur relèvent souvent de l’engagement de celui-ci. Ceux-ci tournent souvent autour de la drogue, de la pauvreté, du racisme, de la criminalité etc. En général, l’accompagnement musical provient d’échantillons de morceaux qui existent déjà. Il suffit de les déformer à l’aide de techniques de scratch. C’est pour cela que vous ne voyez pas d’instrumentistes dans les groupes de rap.

En plus de leurs textes, les rappeurs utilisent des codes sociaux pour se démarquer des autres. Par exemple, il y a des rappeurs qui se font connaître par un vocabulaire et un langage particuliers. D’autres se distinguent par leur façon de s’habiller. En tout cas, ça fonctionne car aujourd’hui, le rap a des fans de plus en plus nombreux à travers le monde. Ce sont des millions de disques qui sont vendus. Les plus fervents adeptes du rap sont les adolescents et les jeunes.

Pour la petite histoire, le rap vient tout droit des États-Unis, plus précisément du Queens et du Bronx. Des sonorités urbaines ont été introduites dans le rap vers les années 70 par DJ Kool Herc, un Jamaïcain new-yorkais. Depuis ses débuts, le rap revendique le fait d’être la musique du « petit » peuple, ceux qui sont en bas de l’échelle.

Malheureusement, dans les médias en France, on associe fréquemment les rappeurs à des actes de violence. Cela contribue à entretenir une image négative de ces artistes ainsi que de leur musique. En réalité, généralement, ceux-ci se font les portes-paroles d’une jeunesse qui se sent délaissée et méprisée.

Zoom sur les rappeurs, leurs textes et leur musique

Pour information, la grande majorité des rappeurs français sont originaires de Toulouse, de Marseille et des banlieues parisiennes. Un grand nombre d’entre eux sont descendants d’immigrés Algériens, Espagnols, Marocains, Congolais etc. Mais ils sont bien Français et des artistes à part entière. La France compte quelques groupes de rap comme La Rumeur, NTM, Sniper, Assassin, La Fonky Family. Sans oublier Psy4 de la Rime, MAP, PNL, Djadja et Dinaz, Bigflo & Oli.

Parmi les plus célèbres, il y a des rappeurs solos comme Booba, Ninho, Sinik, Joey Starr, Soprano, Sefuy, Kool Shen etc. Il y a plusieurs types de rappeurs, vous vous en êtes certainement rendu compte. Par exemple, il y a des rappeurs qui se disent être des « gangsters », d’où l’expression « gangsta rap ». Mais de plus en plus, on retrouve des rappeurs qui appartiennent au « rap conscient ». Si vous n’en avez pas encore entendu parler, il s’agit d’un rap exclusivement tourné vers la lutte contre les injustices.

C’est-à-dire que c’est un rap plutôt politique. On peut citer IAM ou Rocé qui n’ont rien à voir avec les rappeurs connus pour être violents. Ils écrivent et chantent des textes très bien formulés et d’une qualité exceptionnelle. Quant à l’instrumentation, la base sont les platines de DJ et les synthétiseurs. Cependant, il y a des rappeurs qui introduisent la basse et les percussions dans leurs chansons. Mais comme vous le savez, c’est surtout le « sample » qui caractérise le rap.

Par rapport au rythme, l’utilisation de la syncope est quasi systématique dans le rap. Cela veut dire qu’on vise à ce que le rythme soit instable même si le chanteur ne suit pas forcément ce rythme. Vous avez sans doute remarqué que ce dernier semble chanter à une vitesse très rapide. Pourtant, le tempo est lent, il est question de 95 battements par minute. En comparaison, l’électro fait 130 battements la minute.

Dans quel studio d’enregistrement se rendre ?

Si vous souhaitez intégrer le monde du rap, c’est tout à fait possible. Il suffit de choisir votre genre et de vous entourer d’une équipe. Bien sûr, vous pouvez aussi vous lancer dans une carrière en solitaire. Commencez par écrire un texte qui trouvera écho dans le cœur du public, qui émeut ou qui fait rêver. Puis, composez des mélodies qui comportent une « accroche ». C’est un mot, plusieurs mots ou une phrase qui marque/nt l’esprit et sont facile/s à mémoriser.

Ensuite, vous passez à la réalisation d’une maquette de votre chanson et cherchez une maison de disques. S’il y en a une qui pense que votre type de musique peut cartonner, elle vous proposera un contrat d’enregistrement. Mais si elle n’est pas convaincue de votre voix, elle peut suggérer de faire chanter votre texte par un autre. A partir de là, vous entrez dans l’étape de l’enregistrement proprement dit. Un directeur artistique peut vous conseiller un studio. Ou vous choisissez et réservez vous-même un studio d’enregistrement rap à Paris.

Le meilleur choix, c’est un studio qui dispose d’un système acoustique haut de gamme, professionnel. Optez pour celui qui possède un matériel complet pour un enregistrement de qualité de vos morceaux. Renseignez-vous auprès des artistes du rap sur les studios qui ont bonne réputation. Sont-ils satisfaits de la sonorisation de tel ou tel studio ? Celui-ci remplit-il toutes les conditions pour un rendu acoustique optimal ? Les rappeurs qui s’y rendent trouvent-ils que les enregistrements audio y sont top ?C’est également un avantage si des ingénieurs du son expérimentés sont sur place pour vous aider et vous guider. Prenez le temps de vous informer sur les microphones, les instruments et platines présents. Qu’en est-il de la cabine d’enregistrement et de la régie ? Est-ce qu’elles sont aux normes ? Vérifiez également la qualité des enceintes d’écoute et des consoles. Assurez-vous que tout l’équipement soit moderne, bien entretenu et de marque reconnue. Il est préférable de confier vos projets musicaux à une société de production fiable et sérieuse.

 

Veillez à ce que celle-ci soit spécialisée dans l’édition et la production musicale mais aussi en enregistrement et en beatmaking. Cela signifie que tout le processus se fait au sein du studio. C’est-à-dire le choix d’un Beat, le mixage, la réalisation de votre instrumentale personnalisée (par des professionnels) et la finalisation de votre titre. Demandez si des services comme le coaching vocal, le mastering et la mise au format sont inclus lors de l’enregistrement voix off.

Si le studio propose des services en ligne, c’est un autre atout considérable. Trouvez la bonne société d’enregistrement, réservez la date qui vous convient et précisez le nombre d’heures dont vous avez besoin. Entre parenthèses, louer un studio d’enregistrement est toujours plus avantageux que d’en créer un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *